jeudi 31 décembre 2020

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2021 A NOS COMPATRIOTES DU SENEGAL ET D’AFRIQUE, POUR UNE ANNEE DE LUTTES ET DE VICTOIRES DES PEUPLES PARTOUT DANS LE MONDE !



Le genou meurtrier de la Covid-19 n’a pas encore fini d’asphyxier le monde contemporain, toujours sous le joug à la fois de cette pandémie et du virus de  l’impérialisme international, cherchant à exorciser la gangrène de son embolie pulmonaire  sur le dos des masses déshéritées du Nord comme du Sud. Les centres du capitalisme mondial testent leur capacité à préserver  tant bien que mal les mécanismes de reproduction et de pérennisation de leur système parasitaire et décadent, avec la complicité de leurs divers acolytes et affidés. A une période charnière de croisement de deux décennies, celle des années 2010 qui se ferme et celle des années 2020 qui s’ouvre, la pandémie a pu mettre en berne, momentanément certes, le drapeau des luttes de masses, lesquelles s’étaient mises à  secouer le monde dans ce premier quart du XXI siècle. Les exploiteurs en effet, peinent à trouver le vaccin leur permettant d’étouffer la respiration révolutionnaire des masses, inspirée par de nouvelles solidarités sans frontières.

Aujourd’hui 31 décembre, au Sénégal comme partout ailleurs, 2020 termine son parcours et s’apprête à passer le témoin à 2021. Dans la douleur, sans conteste certes au regard de la tragédie de l’émigration, avec ces milliers de disparus engloutis dans la mer ou abandonnés dans le désert, en plus de la pandémie de la COVID-19, porteuse de surcroit d’une aggravation accentuée de la crise économique et sociale, indissociable du néocolonialisme en vigueur sous nos tropiques.  Hormis quelques rares soubresauts, durant l’intervalle éprouvant d’un semestre entier de mars à août, cette pandémie aura mis entre parenthèse en quelque sorte, les luttes des masses dans nos pays. Et la voilà « récidiviste », prête pour une deuxième vague, le virus se mettant même à muter pour se faire plus virulent  sans doute!


Mais en dépit de toutes ses victimes, 2020 n’a pas totalement réussi à ensevelir l’espoir, qui continue à germer dans l’engagement des patriotes et des démocrates, dans les luttes diversifiées, intergénérationnelles et convergentes des masses populaires,  des travailleurs  des villes et des campagnes, des femmes et des jeunesses désemparées mais combatives. Sous ce rapport au Sénégal, 2020 a connu également, à sa naissance tout comme dans sa prime enfance de janvier à mars, une période d’intenses luttes patriotiques allant crescendo, dans la foulée de 2019. En effet, d’importantes franges de patriotes, des jeunesses progressistes notamment,  se sont de plus en plus engagées, sur plusieurs fronts toujours plus articulés, à lier le combat pour la cause des masses quotidiennement agressées, à l’urgente nécessité de l’alternative souveraine anti-impérialiste. Elles ont su se dresser contre l’exploitation éhontée de nos ressources naturelles, dénoncer la servitude du Franc CFA et son écho (Eco), bref toute une vague de luttes plurisectorielles, à consolider et à élever à une échelle supérieure, jusques-y compris au niveau des enjeux et chantiers décisifs de 2021.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire